Alliance canado-burkinabé

Coopérer pour le bien-être des populations VOUS DEVEZ ETRE LE CHANGEMENT QUE VOUS VOULEZ VOIR DANS CE MONDE (GANDHI)

Archive pour juin, 2009

Les vertus du Karité

Posté : 5 juin, 2009 @ 3:39 dans INTERNATIONAL KELINA HEALTH FOOD | Pas de commentaires »

Le Karité (Butyrospermum Parkii) (Extrait) 

Le beurre de Karité est utilisé en Afrique depuis des millénaires. On raconte ainsi que la reine Néfertiti lui devait sa grande beauté car ce beurre renferme d’extraordinaires vertus réparatrices de la peau. 

L’arbre


Le karité est un produit biologique par nature car son arbre (Butyrospermum Parkii) pousse uniquement à l’état sauvage dans les savanes arborées des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. On le retrouve au Nigeria, premier producteur mondial, au Burkina Faso ou encore au Sénégal. L’arbre de karité peut vivre jusqu’à 3 siècles. Il commence à donner des fruits seulement à l’âge de 15 ans, mais n’atteindra sa pleine production qu’à partir de 25ans. La production moyenne est de 15 à 20 kilos de fruits frais par arbre.  Ses fruits sont des noix ovoïdes de la forme de l’avocat, de couleur vert sombre et de taille moyenne. A l’intérieur de la noix se trouve une amande blanchâtre très grasse qui donnera après transformation le fameux  » beurre de karité « .   

Fabrication du beurre de Karité
Selon la méthode traditionnelle, les amandes sont pilées, réduites en une pâte qui est ensuite plongée dans une marmite d’eau bouillante. Une fois refroidie, la graisse surnage et la pâte huileuse recueillie est malaxée pour donner le beurre de karité. Jamais blanc, il a souvent une couleur jaunâtre et une odeur plus ou moins rance selon sa provenance.Dans l’industrie cosmétique, on utilise deux procédés d’extraction plus rapides qui sont la pression mécanique et l’extraction par solvant. 

Un Marché en forte croissance…
La récolte et l’extraction du karité sont surtout effectuées par les femmes des zones rurales : cette activité occupe de 300 000 à 400 000 femmes dans le seul Burkina Faso et au Mali, trois millions de femmes tireraient 80% de leurs revenus de cette culture informelle.L’exportation du beurre de Karité vers l’occident se développe de plus en plus avec une demande très forte sur le marché du cosmétique et surtout de l’agroalimentaire (essentiellement pour le chocolat). Là commencent les problèmes, ce marché occidental est un nouveau débouché pour les femmes burkinabés qui en sont ravies, mais le prix auquel leur est acheté le beurre est dérisoire et le plus souvent elles vendent à perte   

Usage cosmétique


Le karité possède de réelles vertus pour la peau: il hydrate, adoucit, protège et embellit grâce à sa composition exceptionnellement riche en insaponifiables, en vitamines (A, D, E, F) et en latex. Il est utilisé dans les pays africains par les mères qui enduisent leurs bébés de beurre de karité pour prévenir ou guérir les endroits irrités.Dans tous les cas, bien faire fondre le beurre dans le creux de la main avant application. Le beurre de karité doit être parfaitement liquide. Masser une dizaine de minutes et vous obtiendrez tous ses bienfaits.
Hydratation et Protection de la peau du visageBien insister sur les zones inertes (bases du nez, commissures des lèvres).L’usage quotidien du beurre de karité vous permettra de bénéficier de ces trois vertus : 

  • 1) Une meilleure élasticité de la peau. En palpant votre peau après le massage, vous sentez la différence. 
  • 2) L’hydratation des couches supérieures de l’épiderme 
  • 3) La protection contre le vent, le froid et le soleil. L’utilisation du karité est particulièrement recommandée en hiver pour lutter contre le dessèchement et le vieillissement accéléré de la peau. 

Très efficace pour lutter contre les lèvres gercées. Les lèvres l’absorbent plus rapidement et en période de grand froid, vous devrez régulièrement les enduire de karité qui constitue un merveilleux brillant à lèvres.

Bien-être et Relaxation


Ajouter une cuillère dans votre bain chaud et une fine couche invisible se déposera sur tout le corps. Bien se masser les bras et les cuisses. La sensation de bien-être musculaire est immédiate.
Le massage des muscles avant et après l’effort leur apportent souplesse et permet une meilleure récupération. Le karité est très utilisé par les sportifs africains. 

Pour en savoir plus, visitez le site de l’Union des Groupements de Productrices des Produits du Karité des provinces de la Sissili et du Ziro Burkina Faso au www.afriquekarite.com. Ce groupement est encadré par le Centre dEtude Canadien pour la Coopération Internationale (CECI-Burkina) qui fait du commerce équitable. 

L’INTERCULTURALISME

Posté : 5 juin, 2009 @ 2:04 dans La COOPERATION INTERNATIONALE | Pas de commentaires »

MON EDUCATION INTERCULTURELLE

Les affluents prennent leur source dans la mer, par analogie, tout individu prend sa source dans son milieu ambiant. Toutefois il a des racines qui perdent leurs traces quelques fois. Selon l’histoire, les mossis, mon ethnie, viennent du Ghana, certains même disent que nos ancêtres viennent du Tchad. Et pour renchérir, les samos se réclament propriétaires de Ouagadougou quand bien même le moro naaba semble en être le chef traditionnel suprême. En géographie on nous enseigne que la terre tourne sur elle-même, ce qui veut dire qu’elle bouge, il faut comprendre également que tout le monde, les sociétés bougent à la recherche d’un environnement plus agréable soit sur le plan social, économique, politique que culturel. Nos habitudes changent en fonction de notre environnement social. De père mossi et de mère dioula avec pour pays d’adoption le Canada, je suis à cheval entre 3 cultures. Laquelle des 3 est prédominante, je ne saurai le dire. Le plus impressionnant est que j’observe des comportements et des attitudes suivant le milieu dans lequel je suis ou suivant certaines règles, us et coutumes auxquels je m’y attache. Quelques exemples pour illustrer :Dans ma famille, père, mère, frères et sœurs, le tutoiement est de rigueur. Je n’ai jamais vouvoyé ni mon père ni ma mère, ce qui n’est pas signe d’impolitesse. Par contre, je ne peux jamais tutoyer les frères et les sœurs de mon père (ils sont 5 dont 2 filles et 3 garçons), même ceux qui sont moins âgés que lui. Du côté de ma mère, je tutoie mes tantes. Nous les appelons toutes par leur prénom, ce qui n’est pas non plus impolie car nous avons été éduqués comme cela. Ma mère étant l’aînée, tous les enfants de mes tantes et de mon oncle (adopté par ma grand-mère) l’appellent MAMAN, par contre ils appelleront leur propre mère par leur prénom ou petite Maman.

Au Canada, selon le milieu je me conforme aux règles prégnantes. L’adaptation a été difficile au départ pour moi. On s’y adapte difficilement quand on ne va pas vers les autres cultures. Toutefois, après un long séjour il est évident que l’on acquiert de nouvelles habitudes propre au milieu d’accueil, comme certaines interjections, le tutoiement, etc.

Voilà en résumé mes 3 cultures. Le choc culturel survient surtout quand on se fait une logique et que l’on ne retrouve plus ses repères selon le milieu où l’on se trouve. Selon un proverbe « quand tu arrives dans un milieu où tout le monde danse au rythme du tam-tam, il faut danser également », ce qui n’est pas si évident, surtout s’il faut esquisser les mêmes pas de danse.  A ce propos, il faut dire qu’il est plus facile de s’adapter que de s’assimiler. Ce qui est d’autant intéressant car la capacité à s’adapter permet de se déplacer d’un milieu à l’autre à la recherche du mieux-être.  

 

lenfantestadulte |
deci-dela |
BONNES NOUVELLES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Tapura Amui
| tousamis
| aurore57